mardi 12 novembre 2019

"Blade runner 2049" de Ridley Scott (opus n°2)



   La suite inattendue trente-six ans après l'opus n°1 (qui avait alors fait "choux blancs" à l'époque) est, selon moi, une belle réussite artistique.
   Ce deuxième opus diffère dans la photographie (comparé au premier opus), tout comme dans la musique mais ne dénote pas avec l'ambiance du premier film.
   On retrouve un travail très soigné  dans l'interprétation des acteurs, l'image, les plans scéniques...
   
   Je retrouve mes questionnements d'antan, et même si ce film est plus lumineux que le premier, je le trouve d'une infinie tristesse, non pas dans sa fin mais dans son contenu : qu'est ce que l'âme humaine ?

6 commentaires:

  1. Je n'ai pas encore vu ce deuxième film.
    « Je retrouve mes questionnements d'antan » dis-tu. Sont-ils les mêmes ? Ont-ils évolué, et en quoi ?
    Je n'attends pas vraiment de réponse, je prendrai ce que tu voudras dire, éventuellement. Mais quand même la question, rien que pour toi au moins, me semble intéressante…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. AlainX,
      Puisque cet endroit virtuel est mon endroit, je vais répondre, en synthétisant les deux posts des films "Blade runner"... Ce sera bien sûr une figure de style.

      Dans ton commentaire du post précédent, tu dis une chose intéressante : nous arrivons dans l'humanité de différentes manières, et c'est à nous à devenir de véritables êtres humains (grosso modo)...

      En 1982 quand j'ai vu le premier opus donc, je me suis accroché "au fil conducteur" que je n'étais pas humain. Tout comme ces "répliquants" dans cette fiction, je n'étais créé que pour être esclave, sans âme et une copie d'humain sans en être un...

      Ce qui pourrait être un délire de psychopathe m'a permis de m'accrocher à cette idée et de survivre, renonçant à me mélanger avec des individus tellement différents de moi dans leurs modes existentiels.

      Mes questionnements d'antan ont évolués au fil du temps, comme tu le suspectes si bien.

      Aujourd'hui, j'ai réalisé que je m'étais accroché à cette différence comme à une bouée. La bouée ne m'est plus utile, toutefois, même si j'ai appris à "répliquer" les humains, je n'ai pas l'impression de posséder une âme.
      Tu sais bien pourquoi : ma base émotionnelle a été altérée dès le départ de mon fonctionnement. Bien sûr, avec les années j'ai ressentis des émotions que je n'ai pas su gérer (tout comme ces répliquants dans le film), et mes souvenirs du passé sont une bouillie de laquelle j'ai pris de la distance, incapable de discerner le vrai du faux.

      Par amusement donc, je me suis convaincu que mes concepteurs (mes géniteurs) n'ont pas su "retirer" ce modèle nexus, et ont pensé que la société humaine s'en chargerait.
      Et c'est ainsi que le "répliquant" est devenu un matricule.

      Merci d'avoir joué le jeu.
      Je te souhaite de visionner ce deuxième opus, et d'en apprécier la texture, sans préconception !

      Supprimer
    2. Merci beaucoup pour ta longue réponse très éclairante.
      Les fils conducteurs qui nous mènent jusqu'à notre véritable humanité sont parfois très mystérieux et surprenants. L'important est qu'ils existent, qu'on en prenne la mesure et qu'on les suive comme un fil rouge. Avec une sorte de confiance bien souvent inconsciente, parce que justement, ne sommes pas des « répliquants », mais des humains « animés et conscients d'eux-mêmes », ce qui veut dire ayant une âme, un principe vivant qui nous constitue absolument unique au monde. Il n'y aura jamais, jamais, un autre nous-mêmes à l'identique.
      Pour celles et ceux qui n'ont pas été valablement accueillis en débarquant sur terre, ta réponse fait prendre conscience de nos responsabilités collectives, quel que soit notre niveau personnel d'existence et d'engagement :
      (mes géniteurs) n'ont pas su "retirer" ce modèle nexus, et ont pensé que la société humaine s'en chargerait.»
      Cela s'est passé plus ou moins bien. Plutôt moins bien qu'espérée semble-t-il.
      Moi je sais que tu fais ta part qui t'a déjà fait passer du matricule à l'identité pleinement humaine qui vit en toi.

      Supprimer
  2. Je ne jouerai pas le jeu. J'ai trop de mal à vous imaginer "non humain".
    Bien à vous malgré tout.

    RépondreSupprimer
  3. Tu es un repliquant d humain saisissant et quelques fois tellement plus humain que la majorité d entre nous.
    Ta pudeur, ta candeur et ta tendresse sont présentes dans tous tes sujets même si quelques fois ta rudeur à ton encontre est déconcertante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fleurdunil54,
      Ne te laisse pas charmer par la réplique d'humain... Je suis plus naturellement "froid" "antipathique" que la candeur ou la pudeur que tu dénonces...

      Supprimer